con de covid

covid, con, cons, grrrr....

 

Avant de fermer mes oreilles et mon cerveau aux commentaires et annonces sur la prochaine vague de Covid qui nous submergera pendant l’Avent, je scrute un peu les courbes …

 Celles (officielles) de notre beau pays : « nouveaux cas », Hospitalisations, décès (période 03/2020 – 20/11/2021) - c'est au dessus ...

et les annonces de ces derniers jours (taux d'incidence, croissance "exponentielle" ...)

 

On peut croire à de belles vagues, mais de là à prendre les nouveaux cas, taux de positivité ou d’incidence pour données de sciences, il y a un pas … On a tous appris qu’une bonne stat devait rapporter des données partielles à un échantillon représentatif … autrement dit, une approche « sûre » devrait rapporter des tests effectués de façon systématique sur un échantillon représentatif et substantiel de la population et non extrapoler à partir de tests effectués volontairement. Il est évident que la « positivité » sera différente selon que les tests ne visent qu’à se procurer de façon gratuite un « passe » sanitaire, ou que l’on se teste en présence de symptômes évocateurs … Quant au taux « d’incidence » il sera fatalement influencé par le nombre de tests pratiqués, tout comme le nombre de nouveaux cas recensés. Bref, les terrifiantes annonces, réduites ainsi à une estimation pifométrique, sont un peu surfaites quand elles prédisent une apocalypse pour Noël. Sans compter que nous imposer la vue de graphiques outrageusement comprimés présentant les « vagues » épidémiques comme une tempête bretonne d’équinoxe….

 

 Chez nos voisins suisses    la même chose (période 10/2020 – 20/11/2021)

  Sur le Léman, on n’appelle pas ça une tempête …

  cf les graphiques ci-dessous ...

 

Donc, sur les données « sûres » : hospitalisations et décès, les « nouvelles vagues » précédentes n’étaient que des vaguelettes …. En plus, si l’on prend les stats « sûres » de mortalité de cette saloperie (c’en est quand même bien une) je ne vois, même à mon âge, rien qui doive m’affoler à ce point (j’ai bien d’autres soucis !!!) 


 Une fois rassuré quand à ma survie, reste la colère… mon « passe » sera bientôt invalidé, je n’ai pas envie d’une « 3° dose », on cherche à me l’imposer pour « bénéficier » d’une prochaine consultation hospitalière sans rapport avec la chose …. Et j’ai, contre mon opinion raisonnable plus des 2/3 des citoyens de ce pays … Désolant.

 

Au fait, nos hautes instances ont examiné ces obligations … Passe sanitaire, comme obligation de vaccination pour les soignants, sont, paraît-il conforme à la constitution comme au droit…

Reste à analyser : que le parlement puisse autoriser l’exécutif à prendre des mesures d’urgence est une chose constitutionnellement possible, reste à justifier de la nécessité et de l’urgence d’édicter des mesures attentatoires aux libertés fondamentales … C’est le sens des avis du Conseil d’Etat :

 

 Qui précisait (le 21/07) que son avis était donné sur les éléments produits par le Gouvernement vers la mi-juillet et faisant état d’une croissance « ex potentielle » des contaminations et de craintes majeures de submersion du secteur hospitalier.

Manque de bol, à la mise en place du « passe » ou de l’obligation vaccinale des soignants, les contaminations commençaient déjà à décroitre et le secteur hospitalier n’était pas menacé, sauf du fait de la non-vaccination et de la désaffection des soignants !!!

Autrement dit, les conditions précisées dans l’avis et l’approbation du Conseil d’Etat n’étaient pas réalisées, le "passe" n'était plus justifié par la situation ou l'urgence sanitaire … les contraintes qui nous sont imposées sont, de fait, contraires au droit…

je place ci-dessous quelques bonnes phrases de l’avis rendu par le CE


 Sur le fond, il appartient au Conseil d’Etat de vérifier que les mesures prévues assurent, au regard des risques liés à la propagation du virus, en l’état des connaissances scientifiques, une conciliation conforme à la Constitution des nécessités de la lutte contre l’épidémie avec la protection des libertés fondamentales reconnues à tous ceux qui résident sur le territoire de la République

 

Il rappelle que le fait de subordonner certaines de ces activités à l’obligation de détenir un (« Passe ») peut, dans certaines hypothèses, avoir des effets équivalents à une obligation de soins et justifie, à ce titre, un strict examen préalable de nécessité et de proportionnalité, dans son principe comme dans son étendue et ses modalités de mise en œuvre, au vu des données scientifiques disponibles.

 

Le Conseil d’Etat souligne ainsi que l’application du « passe sanitaire » doit être justifiée par l’intérêt spécifique de la mesure pour limiter la propagation de l’épidémie, au vu des critères mentionnés précédemment et non par un objectif qui consisterait à inciter les personnes concernées à se faire vacciner.

 

Sur l’application dans le temps des dispositions relatives à l’obligation de vaccination

...le Conseil d’Etat estime nécessaire de réévaluer ce cadre juridique en fonction de l’évolution de la situation sanitaire afin de ne pas maintenir des dispositions qui ne seraient plus adaptées à la lutte contre l’épidémie.

 

Sur la prolongation jusqu’en 2022

Le Conseil d’État rappelle … que ces mesures ne peuvent être prises qu’à la condition d’être strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu. 

 


moi, ce que j'en dis ...

ci-dessous, les dates d'étude et de décision concernant le "Passe sanitaire" et sa prolongation jusqu'à l'été 2022..........