Dimanche 23 janvier : Pyrrhus vaincra

Dimanche 23 janvier : Pyrrhus vaincra

Ça y est, le Conseil Constitutionnel a donné sa bénédiction pour le « passe vaccinal » qui, demain, vous rendra dépendant d’une vaccination non obligatoire pour vivre totalement libre. On devait s’y attendre … les pseudo « sages » qui sont chargés de veiller sur le bon usage des institutions, ne sont pas « blancs-bleus » : anciens présidents, quelques politiques choisis et hauts magistrats devant leur élévation autant à leur haute qualité professionnelle qu’à une langue servile parfois orientée vers le postérieur des premiers.

 

Bref, la chose était acquise.

Reste que ces « chats fourrés » ont parfois des pudeurs, las sans doute d’être à la botte du monarque. Le tout est de cacher un peu la chose : le vulgaire l’ignorera et l’on pourra, si les choses s’enveniment, en faire état, en dévoiler le sens et proclamer la justesse et la portée de son analyse ...

Le Gouvernement triomphe donc : le « passe vaccinal » sera proclamé dès lundi, tout sera donc bien ficelé avant que l’on puisse s’apercevoir que le dernier « variant » n’est qu’une simple gripette, que les gens ne se pressent plus aux urgences et qu’ils encombrent à peine les capacités pourtant sévèrement amputées de nos hôpitaux …

 

Quant à vous, vous devrez, pour un concert ou un voyage, vous soumettre à une « pseudo-vaccination », soin pour lequel vous devrez, ultime affront, signer un document par lequel vous reconnaissez y consentir … comme si votre consentement était parfaitement libre et éclairé …

 

Victoire donc ?

C’est là que l’on retrouve nos chats-fourrés … Déjà, ils renvoient l’appréciation de la gravité et la durée de la situation, de la nécessité de restreindre sévèrement les libertés individuelles au Parlement, tout acquis à l’Exécutif, et au « Conseil Scientifique » nommé par lui … Une manière de se défausser… Un certain Pilate (Ponce de son prénom) avait fait école.

Mais le diable est ailleurs … Pour justifier réellement le bienfondé de cette atteinte sévère à nos droits fondamentaux : aller et venir à notre guise, librement, ainsi que les autres citoyens, on a fait appel au Préambule de la Constitution de 1946, merveilleux texte écrit « au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d'asservir et de dégrader la personne humaine » et proclamant « comme particulièrement nécessaires à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci-après » … La chose fut intégrée à l’actuelle Constitution, telle quelle …

Et l’on est allé chercher le point 11 de cette proclamation … La Nation « garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé… » D’où l’obligation de tout faire, même en contredisant nos droits fondamentaux, pour protéger nos petites santé …. Je ne suis pas sûr que d’autres décisions anciennes, comme celles de réduire nos capacités hospitalières visaient cet objectif, mais bon ; c’était avant …

La messe est ainsi dite et l’on peut ou doit, selon le Conseil Constitutionnel, faire violence, ordonner et contraindre s’il s’agit d’atteindre les objectifs énumérés par la merveilleuse déclaration. La victoire est donc pour l’Exécutif et pour notre Président et bon maître …

 

Mais, pour lui, triste Pyrrhus, c’est une belle peau de banane glissée sous ses pieds :  le texte et les principes qu’il énumère visent bien plus que nos petites santé et il faudrait ainsi, à tout prix, poursuivre avec la même pugnacité tous les autres objectifs énumérés : adieu, les grands projets ..…

Le point 11, utilisé aujourd’hui, comporte aussi « la sécurité matérielle, le repos et les loisirs » et pour « Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler, le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence » … ça va faire des sous, et ce n’est pas vraiment dans la ligne de ce qui se fait ces temps. Le reste est pire :

          Devoir de donner asile

Devoir de travailler, mais assorti du droit d’obtenir un emploi (Macron, c’est à toi de faire – courage : ça fait 3.000.000 de rues à traverser)

 Participation des salariés à la gestion de leur entreprise (amusant, non)

 Nationalisation de « tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait » (ça ne va pas faire plaisir au Président et à son conseiller préféré, habitués à l’inverse)

Garantie d’un égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat ( Difficile de privatiser l’enseignement supérieur ou de privilégier les « hautes écoles » privées )

 

MERCI à nos chats fourrés d’avoir ressuscité ce très beau texte, d’avoir souligné que ses principes ont valeur d’obligations…. Si ça empêche de mettre à l’encan entreprises ou domaine public, si ça empêche de démolir la Sécu, nos retraites, nos facs … Je n’y croît pas, mais, pour une fois qu’un avis du Conseil Constitutionnel prête à sourire, je ne vais pas bouder …

 

Et puis, ça souligne aussi le fait que sur les affaires « pandémiques » du moment, c’est quand même un grand « n’importe quoi »